lettre

par revuespam

à Dijon, printemps 2014

Bonjour,

Je me permets de vous envoyer ce nouveau manuscrit, en espérant qu’il vous intéressera. La première partie date de 2012, la dernière de 2014. Tout le reste a été écrit l’année dernière. J’ai essayé d’en faire un ensemble à la fois radical et varié. Le dernier poème est volontairement bâclé : c’est depuis toujours la seule méthode que j’ai trouvé pour terminer un livre.

Car j’ai acquis la certitude qu’un livre doit, par moments, se montrer inconséquent et creux – quand on le voudrait conséquent et dense. Ainsi, il existerait une forme de poésie normcore (ce terme désigne avec plus ou moins de sérieux l’idée que le stade le plus avancé de la mode serait de s’habiller comme tout le monde) qui poserait à la littérature la question de la médiocrité : comment toucher à la réalité sans prendre en compte l’inconséquence du langage usuel ?

0% est un livre sur la difficulté : la difficulté de la consistance. Mais il y a malgré tout une forme de jubilation à emprunter les codes de la poésie abstraite (pages blanches, oblitérations, effets de mise en scène de l’écrit par le livre) et à les transformer en métaphore de cette difficulté. A faire de cette banalité une parade, un plaisir, une vengeance vis-à-vis des mensonges de la littérature.

C’est-à-dire de la littérature.

Bien à vous,
Hugo

Publicités