muscle

par revuespam

Bonjour A, merci pour le n°2 de Muscle, il me convient parfaitement.

Aussi je t’envoie ce poème, pas très musclé. Musclé comme tout le monde. Comme le mec qui fait son jogging – ou qui ne le fait pas. Une espèce de footing définitif.

La poésie est le muscle du faible, qui veut être fort. Alors qu’il faut être faible. Se muscler pour rester faible.

C’est un test de souplesse. Un poème écrit en une fois, écrit une seule fois : un poème de revue, si les revues sont des séances d’entrainement.

Mais ça n’a rien à voir avec le sport, avec le vrai sport ou la vraie musique. Plutôt avec le coté sport, l’esthétique de la musique – dans la rue et à la maison. La poésie qu’on porte sur soi, comme produit dérivé de la vérité.

Amitiés
H

Publicités