timing

par revuespam

Après 4 ans de tergiversation, je me sens prêt. J’imprime mon manuscrit ce week-end, accompagné d’une lettre*. Je le poste mardi. Il a dû arriver aujourd’hui : jour de l’annonce de la mort de l’éditeur.

* Qui se termine par ces mots « adresser un manuscrit à un éditeur, c’est un peu comme jeter un caillou dans un puits ».

Publicités